Keep going, Tech corner & Impact | ODLO Community

Athlètes du quotidien athlètes ODLO

Réussir sa préparation physique pour le marathon à ski de l’Engadine  

Un mois avant le départ de la course, nous avons posé une question importante aux athlètes du quotidien qui rejoindront ODLO au marathon à ski de l’Engadine : faut-il ou non pratiquer l’affutage pour l’évènement du 12 mars ?

Athlètes du quotidien athlètes ODLO

Réussir son affutage pour le marathon de ski de l’Engadine

Un mois avant le départ de la course, nous avons posé une question importante aux athlètes du quotidien qui rejoindront ODLO au marathon de ski de l’Engadine : faut-il ou non pratiquer l’affutage pour l’évènement du 12 mars ?

Par : MARK COHEN  • Ski • 16.02.2023


Dans quatre semaines, 14 200 personnes prendront le départ du 53e marathon à ski d’Engadine, la deuxième course de ski de fond au monde en nombre de participant⸱e⸱s. Et la question que les athlètes se posent : faut-il ou non faire un affutage alors que la course approche ?  


L’affutage, bien connu des personnes qui pratiquent la course sur longue distance, consiste à diminuer l’intensité des sessions d’entrainement entre trois et cinq semaines avant la compétition. Lorsque l’entrainement a été bien fait, mieux vaut dédier du temps au repos et à la récupération pour être en pleine forme le jour J. Est-ce que cela vaut également pour un marathon à ski ? Si oui, quelle est la meilleure façon de le faire ? 


En prévision du prochain marathon à ski de l’Engadine, nous avons demandé à quelques athlètes du quotidien qui s’y rendront depuis la Suisse, la France et plus loin encore leurs conseils d’entrainement pour les dernières semaines.

Athlètes l’Engadine

Bjørn Buras – Norvège | @buraas1

« Je m’appelle Bjørn et suis professeur de science sportive et entraineur de ski de fond ainsi que de biathlon. J’habite à Trysil, en Norvège. Cela fait des années que je rêve de participer au marathon de ski de l’Engadine.


Je réalise la majorité de mon entrainement chez moi à Trysil, où je dispose de plusieurs centaines de kilomètres de pistes de ski de fond depuis fin octobre jusqu’à mi-mai, chaque saison. Je suis maintenant dans la phase où le volume d’entrainement est le plus important. J’essaie de renforcer mes bases physiques simplement en passant plus d’heures à ski. Je vais progressivement diminuer le volume et augmenter la vitesse à l’approche de la course, et participer à quelques autres épreuves avant l’Engadine. Pendant le dernier mois, je vais courir les weekends et réaliser de courtes sessions de vitesse pendant la semaine. J’ai vraiment hâte ! » 


Pascal Inauen – Suisse | @pi_pictures

« Je m’appelle Pascal. Je dirige une startup basée à Appenzell, en Suisse. C’est ma troisième participation au marathon de ski de l’Engadine.


Je suis particulièrement heureux de prendre le départ cette année car je fais partie des groupes qui partent les premiers. J’ai vraiment hâte. Ça va encore être extraordinaire. L’affutage ? Mon plan est de continuer à m’entrainer comme d’habitude, en courant et en travaillant le renforcement musculaire. À l’approche de la course, je vais essayer de passer plus de temps à m’entrainer à ski. »


Chloé Vuillomenet – Suisse | @chloevllmnt

« Salut ! Moi c’est Chloé. Je suis une passionnée de grands espaces, basée à Sierre dans le cœur du Valais, en Suisse. J’ai hâte de participer à la course, mais j’adore également les entrainements qui la précèdent. La course est dans un mois, et je ne prévois d’ajuster mon entrainement que très peu. J’aime varier les sports que je pratique et m’adapter aux conditions. Ski de randonnée lorsqu’il y a de la neige, ski de fond par beau temps, course à pied si la météo est changeante, renforcement musculaire quand les journées sont trop courtes pour sortir et enfin quelques bons jours de repos également. Tout ça, toujours avec le sourire : c’est la meilleure manière de se préparer à une course.» 


Gala Lukman – Slovénie | @galalukman

« Bonjour ! Je m’appelle Gala et je suis kinésithérapeute à Bled, en Slovénie. J’aime de nombreux sports de plein air, parmi lesquels le ski de fond et le ski de randonnée. En été, je passe mes journées en montagne entre escalade, randonnée et VTT. Le marathon de ski de l’Engadine est dans un mois et je vais continuer sur la même lignée : bien manger, bien dormir et surtout, écouter mon corps. Je vais aussi essayer de ne pas oublier de prendre des jours de repos et de récupérer en faisant des étirements,de la course à rythme modéré et de la musculation. »


Sophie Bernaille – France | @sophie_yoga_chamonix

« Hello ! Je m’appelle Sophie Bernaille. J’enseigne le yoga à Chamonix, en France. C’est la première fois que je participe au marathon à ski de l’Engadine, que je fais un marathon à ski et que je skie en Suisse ! Je n’ai jamais skié sur une aussi grande distance auparavant. Je suis un peu nerveuse à l’idée de la distance et du temps passé sur les skis, mais j’ai confiance dans ma force mentale. Durant le mois à venir, je prévois une ou deux grosses sessions d’environ 30 km pour tester mon endurance, de plus courtes sessions intermédiaires et du repos pour ne pas être trop fatiguée le grand jour. »


ODLO @ the Engadiner

Pour célébrer l’un de nos partenariats favoris, nous avons crée « Odlo at the Engadiner », une expérience qui permet aux participant⸱e⸱s de gagner des vêtements techniques et de représenter ODLO pendant l’entrainement, le marathon à ski de l’Engadine et plus encore. Découvre tous les détails à propos d’ODLO at the Engadiner ici. En attendant, si tu as besoin de t’équiper pour le ski de fond, nous te proposons une gamme complète de sous-vêtements techniques, vestes, pantalons et accessoires. L’aventure démarre ici

ODLO x Engadin

SHARE

Articles Suggérés

Martin Fourcade devient ambassadeur mondial de la marque ODLO

by odlo-fr-fr

La réputation d’ODLO en matière de ski de fond n’est plus à faire, et que dire de celle de Martin Fourcade ? Depuis ses débuts en Coupe du monde, en mars 2008, Martin s’est fait un nom en montant sur 186 podiums et en brillant aux Jeux Olympiques, tandis qu’ODLO a percé dans le monde des JO en 1972, lors des jeux de Sapporo : pas moins de 25 équipes nationales arboraient alors notre premier sous-vêtement technique entièrement synthétique (l’ODLO Thermic), à une époque où le sponsoring n’existait pas et où les équipes devaient payer elles-mêmes leur matériel, preuve de la qualité de nos produits.