Les sous-vêtements pour le cyclisme sont-ils essentiels en été?

Cyclisme

Les sous-vêtements pour le cyclisme sont-ils essentiels en été?

Il fait déjà assez chaud pour faire du vélo en été. Faut-il vraiment porter un base layer en plus?

LE 26.09.2021

Si vous regardez le torse du cycliste professionnel typique pendant l’été, vous remarquerez généralement l'un des éléments suivants : maillot ouvert et torse nu, moniteur de fréquence cardiaque, base layer, ou une combinaison de ces éléments. 

Avec la température à son maximum, qui a raison ? Le torse nu ou le base layer ?

Il fut un temps où la plupart des cyclistes en été ne portaient qu'un maillot - ouvert pour laisser passer un peu d'air, fermé le reste du temps. Puis le sous-vêtement technique est arrivé, et avec lui, des variantes pour chaque température et chaque condition. Pour de nombreux cyclistes, cette première couche est devenue un élément essentiel.

Les adeptes des base layer affirment que la raison est simple : une couche dédiée exclusivement à l'évacuation de la transpiration est logique. Les sceptiques, quant à eux, estiment que la plupart des équipements modernes sont fabriqués avec suffisamment de matériau d'évacuation de l'humidité pour transporter l'essentiel, avoir une belle apparence et être fonctionnel.

Comme le souligne cet article de Cycling Tips, "une première couche fine évacuera l'humidité de votre corps vers l'extérieur du vêtement, qui s'évaporera lorsque le vent le frappera". (Le refroidissement par évaporation est une chose merveilleuse.) Sur ce forum Trainer Road - un chat populaire consacré à l'entraînement - la même question est posée : lorsqu'il fait chaud, est-il plus judicieux de rouler avec ou sans "couche" supplémentaire ? 

Les sous-vêtements pour le cyclisme sont-ils essentiels en été?

DES SOUS-VÊTEMENTS TECHNIQUES D’ÉTÉ, VRAIMENT ? 
Comme la plupart des lecteurs de Trainer Road le concluent, il y a un avantage à rouler avec un base layer lorsque le mercure monte en flèche, et c'est la circulation de l'air. Avec une couche de base dont la principale fonction est d'évacuer la sueur de votre corps, vous avez créé une plus grande circulation d'air et, de fait, une opportunité pour l'eau de s'évaporer. Vous ne demandez qu'une chose à ce haut fabriqué avec précision, c'est de prendre votre sueur et de la faire disparaître.

Lorsqu'il est porté, le résultat est un plus grand confort pendant de plus longues périodes. Mais ce n'est qu'une opinion (que je partage). Bien que j'aie adopté ces base layers lors de randonnées par temps chaud ou froid, je ne roule qu'avec un base layer par temps chaud. Je trouve cela plus confortable, mais je pense qu'elles ajoutent plus de panache à l'ensemble de la tenue. Lorsque mon maillot est ouvert, je peux montrer le super-héros qui est en moi et ce que j'ai fait pour me préparer à la course.

SI VOUS FAITES DU CYCLISME PAR TEMPS CHAUD 
Chaque cycliste a son propre thermostat. Je suis celui qui recherche la chaleur dans les descentes alpines, quelle que soit la température, et j'opterai toujours pour une couche qui coupe le vent, mais aussi pour une couche isolante.

Je ne roule également qu'avec des sous-vêtements techniques (comme le débardeur X-Light dont je me suis inspiré pour cet article) lorsqu'il s'agit de chaleur. Oui, j'aime l'esthétique, mais je trouve que la superposition des couches me permet de rester en selle plus longtemps. Si jamais je surchauffe, j'ouvre mon maillot pour une circulation d'air maximale (et un refroidissement par évaporation maximal). Une fois que vous aurez trouvé ce qui vous convient, vous serez plus enclin à rouler, quelle que soit la température extérieure. 

Mark Cohen est rédacteur chez ODLO et un accro du vélo (bien qu’il soit en voie de guérison). Il mesure 185 cm, pèse 76 kg et porte une taille M du base layer débardeur X-Light. 

SHARE

Plus d'articles qui t'intéresseront